Denis Camp | Astrologie: Nîmes, Arles, la Camargue et la « Grande Vague » de 2022

Nîmes, Arles, la Camargue et le défi de la « Grande Vague » d’avril 2022


« Bienvenue à toutes et tous, et particulièrement aujourd’hui aux Habitants des territoires de Nîmes, d’Arles et de la Camargue, puisque cette capsule audio d’astrologie est spécifiquement consacrée à ces territoires, des territoires qui ont déjà et régulièrement été mis au défi de la force naturelle de l’eau (vous vous rappelez certainement des inondations majeures de Nîmes en octobre 1988 et d’Arles en 2003) et pour lesquels se pose la question de l’impact de la conjonction astrologique rare, que l’on peut appeler « la Grande Vague » et qui interviendra en avril 2022.

Si j’explore aujourd’hui ce thème très régional, c’est qu’en décembre 2021, une journaliste du Midi Libre m’a contacté pour me proposer de contribuer à un projet d’article. Parmi les questions sur la nouvelle année que la journaliste souhaitait soumettre à un astrologue ou à un tarologue nîmois, une seule relevait de mes champs d’exploration et d’intérêt astrologiques. Et cette question m’a interpellée ; elle portait sur Nîmes et la probabilité d’une catastrophe naturelle en 2022. Or vous savez peut-être que l’actualité du ciel de 2022 est fortement marquée par l’élément « eau » et par l’amplification de cet élément, avec la conjonction magistrale Jupiter-Neptune dans le signe du Poisson, durant le mois avril, conjonction qualifiée de « Grande Vague ». J’ai donc finalement décidé de consacrer une capsule audio à ce sujet : Nîmes, Arles, la Camargue et le défi de la Grande Vague de 2022.

D’un point de vue astrologique, l’évènement majeur de 2022 est en effet l’entrée de Jupiter en Poisson et sa conjonction avec Neptune en avril dans le même signe. Je l’ai déjà évoquée dans la capsule audio consacrée à cet événement. Cette configuration, rare et puissante, sera vécue de différentes façons selon le niveau de conscience, ou selon que l’on se place du point de vue individuel ou collectif. Cependant, on peut envisager que cette « Grande Vague » de 2022 se manifestera par des événements, parmi lesquels des événements naturels impliquant l’eau, une eau qui pourrait conquérir avec intensité la terre, et pourrait venir submerger des territoires. Il est important de préciser ici que cette conjonction Jupiter-Neptune en Poisson est intervenue pour la dernière fois en mars 1856, et qu’à cette occasion d’importantes inondations sont intervenues dans le sud-est français dans les mois qui ont suivi, des inondations majeures liées entre-autres à la crue du Rhône, avec notamment des inondations en mai-juin 1856 à Avignon, à Tarascon, à Arles, dans toute la Camargue.

La question que l’on peut se poser concernant Nîmes est de savoir si cette prochaine conjonction d’avril 2022 a une similitude avec le Ciel d’octobre 1988 durant lequel est survenue la grande inondation de Nîmes. Si l’on rapproche les deux ciels, on peut constater que les configurations astrales, celle de 1988 et celle de 2022 ne s’apparentent pas, en premier lieu parce que la conjonction Jupiter-Neptune en Poisson n’était pas du tout d’actualité 1988 (puisqu’elle est rare et que sa dernière occurrence, comme je vous l’ai déjà dit, remonte à 1856). Mais il faut souligner que le ciel d’octobre 1988 impliquait toutefois Neptune, mais un Neptune en Capricorne et un Neptune intensément lié à un ensemble d’autres transits spéciaux. Plus précisément ce jour-là l’énergie de Neptune en Capricorne (Neptune, le dieu des océans, se trouvait donc dans les hauteurs du Capricorne, que l’on peut symboliquement rapprocher des collines de Nîmes et des montagnes Cévenoles), était alors en tension avec l’énergie très brutale, très orageuse de Mars en Bélier (Bélier où Mars, dieu de la guerre, est chez lui, donc au plus fort de sa puissance). Et cette même planète, Neptune, était aussi en opposition avec la Lune en Cancer (où la Lune est chez elle, donc elle-aussi au plus fort de son ampleur), une Lune qui amplifie, gonfle les eaux. C’est probablement la conjonction de toutes ces différentes énergies, déjà décuplées en elles-mêmes, qui a engendré les événements que l’on a connus à Nîmes en 1988 : la puissance des eaux Neptuniennes déferlant depuis les hauteurs, la force orageuse de Mars et l’amplification des eaux par la Lune, tout cela en intense synergie. Ainsi, astrologiquement parlant, on ne peut pas rapprocher l’inondation de 1988 au contexte de 2022 (et c’est probablement le cas avec l’inondation d’Arles en 2003, mais cela reste à explorer).

En 2022, Neptune (qui représente les eaux des océans, des mers et des fleuves, les eaux profondes et les tremblements subaquatiques) se trouve en signe d’eau (Poisson) et cette planète est cette année grandement amplifiée par Jupiter, mais aucune autre force n’intervient en synergie dans cette conjonction à cette date-là, le 12 avril, date de la conjonction proprement dite à 23° du Poisson. Si cette conjonction s’exprime par l’eau, [elle peut prendre d’autres formes, comme celle de l’expansion d’idéologies et de croyances radicales ou fanatiques, ou encore de troubles psychosociaux, …], l’événement pourrait concerner en avril 2022 les eaux de la mer, des fleuves et rivières et des eaux souterraines, et donc impliquer principalement les espaces côtiers et les lits de fleuves-rivières et les endroits submersibles. On peut aussi envisager que l’impact interviendrait alors sur les voies et les moyens de transport, de communication, de déplacement, avec par exemple des immersions des voies terrestres empêchant les déplacements locaux ou des communications en général.

Il est aussi important de constater que Mars entrera quelques jours plus tard, le 16 avril en Poisson, alors que la conjonction entre Neptune et Jupiter sera toujours exacte (à 24° du Poisson). A cette date, les eaux maritimes et fluviales et les eaux souterraines seront simultanément amplifiées par Jupiter et seront « énergisées ou déclenchée » par Mars (un Mars qui n’est toutefois pas dans son élément et qui peut être contenu, « encadré » par Saturne, avec lequel il sera en lointaine conjonction). Ce peut être là, potentiellement, du fait de cette synergie astrale particulière entre Jupiter, Mars et Neptune, un autre moment sensible, un moment de vigilance quant à une possible submersion, qui pourrait là impliquer plus amplement et plus largement, au-delà des seules voies de communication, les terres, les animaux, l’agriculture, tous les lieux humains et leurs ressources.

Notons, pour terminer, que la conscience humaine a évolué depuis 1856, qui impliquait la même conjonction Jupiter-Neptune en Poisson, et qu’elle a plus encore évolué, par exemple pour la ville de Nîmes depuis 1988. Une ville qui développe depuis cette inondation historique une conscience particulière des risques naturels, et déploie des solutions concrètes et novatrices en la matière. Est-ce que cette conscience et cet effort exemplaire et cet investissement d’ampleur auront été suffisants pour relever le défi évolutif, et restaurer une relation équilibrée avec son territoire, sa nature, et ainsi libérer Nîmes de ce risque majeur ? Nous l’espérons et nous constaterons la réponse ensemble cette année et probablement dans les décennies prochaines.

Vous l’avez compris, dans cette capsule spécifique, je n’évoque que la dimension très concrète, très terrestre et de façon très régionale, des enjeux de 2022 et que je n’évoque pas ici les dimensions subtiles de cette « Grande Vague » de 2022 (ce que je fais notamment dans la capsule consacrée au 12 avril 2022 accessible sur ma chaîne YouTube | Lien). Mais soulignons ici, que si de nouvelles épreuves venaient à subvenir, comme c’est possible, elles seraient une nouvelle invitation à accroître plus encore notre conscience collective de notre lien essentiel à la nature, et plus particulièrement notre engagement dans ce nécessaire et profond renouvellement de notre relation à la nature, qui ne peut plus se réduire à une exploitation sans limite.

A bientôt pour une nouvelle capsule d’astrologie. »

Denis Camp | Astrologue, praticien en astrologie évolutive, en tarologie intuitive et en astrologie spirituelle, co-fondateur de l’Astrologie Mystique® | https://astrologie-evolutive.org/


Astro-Tarologie Évolutive | Astrologie de la Relation | Astrologie de la Santé | Astrologie Mystique®Denis Camp

© Denis Camp, 2022 | SIRET 514 887 082 00055

Denis CAMP, Astrologie Evolutive, Nîmes